Saint-Sulpice sur Lèze est un charmant village de 1832 habitants, installé à 200m d’altitude, tout en longueur, au creux d’une étroite vallée verdoyante qui entame les coteaux molassiques du Volvestre, à 35 km au Sud de Toulouse.

Il constitue un lieu de passage privilégié, au carrefour de la route qui relie la région de Foix à la couronne toulousaine, par la vallée de la Lèze (affluent de l’Ariège) et de celle qui relie, à travers les coteaux, la RN 20 au niveau d’Auterive à la RN 117 :Toulouse-Saint-Gaudens.

Ce village a gardé de son riche passé, la structure de bastide avec ses rues se coupant à angle droit, mais aussi de belles constructions.

 

Les arcades et les éléments en bois y sont très présents, incitant le visiteur à explorer les espaces d’intimité de ses couverts ou à flâner dans les rues, les places ou les parcs.

Dès le XIIe siècle, le futur Saint-Sulpice commença à se constituer à partir de donations de portions de territoire appartenant à des seigneurs et religieux.

Au XIVe siècle, ce sont les chevaliers de Malte (Commanderie de Saint-Jean de Jérusalem) qui eurent un rôle déterminant dans l’édification de la bastide.

Ce village fortifié assurait la sécurité aux paysans sollicités pour mettre en valeur les terres en friche. Les habitants y jouissaient d’un statut privilégié pour l’époque.

St Sulpice-sur-Lèze étant le croisement entre l’Océan et la Méditerranée, un corps d’armée était présent pour assurer la défense de la noblesse installée à Lézat-sur-Lèze.

Après des débuts difficiles, Saint-Sulpice connut un essor croissant et important sous l’impulsion des religieux.

Au XVIIe siècle, le village disposait d’une léproserie transformée par la suite en hôpital. Sous la Révolution, Saint-Sulpice était un chef-lieu de canton appelé Libre-Lèze.

Pour recevoir le document de l’histoire de St Sulpice/Lèze d’après M. Jean DUPRE, contactez le comité de rédaction de la Mairie